Les prisons républicaines 1791

  • Maisons centrales et maisons d'arrêts

   Après 1971, deux types de prisons apparaissent. Les maisons centrales sont des Établissement pour peines qui reçoivent des condamnés à de longue peine sur un régime disciplinaire.Les maisons d'arrêts sont des prisons qui reçoivent les détenus avant leur jugement et les condamne  définitivement dont le temps restant de peines est  inférieur ou égal à 1 an. Ces deux types de prison révèlent l’amélioration de la justice française  avec beaucoup plus de procès que précédemment. Ces maisons ont permis de juger les individus pour ce qu’ils ont fait et non pas pour ce qu'ils sont.

   A l'intérieur de ces maisons les mineurs ont une place infime. Ils ne peuvent pas imposer leurs idées car ils sont en sous-effectifs par rapport aux plus âgés. Ils étaient séparés des adultes grâce aux quartiers mineurs; cependant ils n'avaient pas forcément de structures spécialement conçues pour euMaisons d'arrêt de Seyesx et n’y avaient pas accès fréquemment. (Exemple, gymnase, salle de musculation...)

 

  •  Premiers Établissements pénitenciers pour mineurs (Lavaur, Meyzieu: 11 juin 2007)

   Après tous ces changements, en 2007, apparaît la création de prisons accueillant des mineurs délinquants de 13 ans à 18 ans.Ces prisons sont appelées les établissements pénitentiaires pour mineurs (EPM).Ce projet a été commencé durant le mandat du président Jacques Chirac et a été repris par le président Nicolas Sarkozy, notamment la ministre de la justice Rachida Dati.Ce projet a permis de redéfinir la place des jeunes dans la société actuelle.Actuellement, en France, il existe sept établissements pénitentiaires pour mineurs; ils sont tous situés aux environs de grandes villes comme Paris, Marseille, Lille, Nantes, Toulouse.

   Les mineurs sont pris en charge par un nombre plus élevé de personnel comme le personnel médical, administratif, carcéral; ils ont également des professeurs avec eux. Les plus grands changements pour eux sont l'environnement et le « confort » de ces établissements. Ces EPM sont fondés sur une prioroté éducative, un encadrement renforcé et un suivi individuel des mineurs délinquants. EPMLavaur

   Ces caractéristiques se traduisent par un équipement plus moderne et un style architectural  plus « vivant ». Les premiers EPM à avoir ouvert sont Meyzieu et Lavaur, le 11 juin 2007. Puis, l'ouverture de Quiévrechain, Marseille, Orvault, Porcheville et Chauconin s’en suivent. Cependant, malgré l'ouverture de ces EPM, tous les quartiers mineurs dans les maisons d'arrêt ne fermeront pas puisque pour certaines familles le déplacement serait difficile à cause d'importantes distances géographiques. Chaque EPM contient soixante places, mais il s’agirait de disponibilités trop réduites en comparaison de l'effectif très élevé de la délinquance des mineurs.

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site