Evolution de la délinquance entre 1994 et 2004

   En France, en dix ans le nombre de mineurs impliqués dans des délits a augmenté de près de 70%. Nous allons commencer par analyser les baisses des délits enregistrés par la police entre 1994 et 2004 ; ensuite, nous allons nous concentrer sur les forts accroissements.                                                                                                                                                                                                              La diminution la plus importante de délinquance des jeunes concerne le vol des deux roues ; il a baissé d’environ 28% entre 1994 et 2004. Les actes criminels tel que les vols à main armée ont régressé de 19.8% et les homicides de 14,2%.                                                                                                                Les hausses  de délinquance entre 1994 à 2004 concerne les viols, malgré une part infime, la part des viols a augmenté de 139,9% ; Impossible cependant de savoir si cette forte augmentation est dû au changement de comportement des délinquants ou simplement si les victimes portent davantage plainte.                    Il apparait aussi une forte hausse en ce qui concerne :

-l’usage des stupéfiants « +409.4% »

-les outrages aux autorités publiques (policiers, juges…) « +211.9% »

- les coups et blessures volontaires « +297,9»

-les violences verbales « +160.6% »

-Les dégradations en particulier des biens privés comme les voitures  « +103.2% », elles ont pratiquement doublé en 10 ans.

La délinquance des mineurs telle qu’elle a été enregistrée par la police et la gendarmerie s’est fortement accentuée. Cette augmentation est constituée principalement de vols et de coups et blessures volontaires :

-Les prises d’otages et braquages à main armée « 0.3%»

-Les viols « 1.1% »

   Les crimes graves sont de 1% du total de la délinquance des mineurs enregistrés par la police.                                                                                 L’ensemble des dégradations, des destructions (comme les incendies de voitures), les consommations de drogues et les infractions envers la police visent principalement les zones urbaines sensibles (les banlieues).

    Nous allons maintenant aborder la délinquance des filles mineures. En 1960, il y a eut l’apparition des premières « bandes » de filles en France. Les filles deviennent de plus en plus violentes. Cela est sans doute dû à l’émancipation des filles et plus particulièrement un manque d’éducation rigoureuse au niveau de la famille.                                                                                                                                                                                                                        La société devenant de plus en plus individualisme est une autre cause de cette délinquance chez les filles. La solidarité est moins présente qu’avant.          Nous sommes dans une société de consommation. Les individus sont égoïstes, les parents se séparent de plus en plus et laissent l’éducation de coté dans le seul but de leur faire plaisir. Donc, inévitablement la délinquance chez les filles a fortement augmentée de 115% entre 1994 et 2004. Les filles veulent de plus en plus ressembler aux garçons.                                                                                                                                                                                           La petite délinquance commence surtout à partir de la préadolescence (autour de 10 ans), elle devient plus importante vers l’âge de 15-16 ans par la suite, elle stagne et lorsque elle atteint la vingtaine elle diminue fortement. Les préadolescents peuvent advenir dans la délinquance selon les lieus qu’ils fréquentent, ou les moments et l’époque dans laquelle ils vivent.

 

                                                                     La délinquance en chiffres sur la période 1992-2002

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site